BIEN CHOISIR SON BAS DE COMPRESSION

La compression veineuse est utile dans divers troubles circulatoires, en comprimant la cheville. Ainsi, le retour veineux est favorisé et vous retrouvez une sensation de jambe légère. En tant que dispositif médical, il convient de le choisir correctement.

DEFINITION BAS DE COMPRESSION

A QUOI SERT-IL ?

Les bas de compression sont des dispositifs médicaux de classe I (selon la règlementation 2017/745). Ils ont pour but de soulager les troubles circulatoires tels que œdèmes, phlébites et thromboses.

Par la compression plus ou moins élevée au niveau de la cheville (dépendant de la classe/de la pathologie), ils favorisent le retour veineux.

Selon la classe de compression, le bas de compression est porté pour des pathologies plus ou moins sévères.

A QUOI RESSEMBLE T’IL ?

Communément appelé bas de compression, la compression veineuse peut se présenter sous forme de :

  • Mi-bas, chaussette
  • Bas
  • Collant, collant de maternité

Peu importe la forme choisit, la compression est la même pour les classes 1, 2 ou 3 en mi-bas, bas ou collant. C’est pourquoi seule la compression de la cheville compte.

COMPRESSION ET HAUTE AUTORITE DE SANTE

LA HAS

C’est une autorité publique indépendante à caractère scientifique, liée à l’assurance maladie. Son rôle est de mesurer et d’améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients.

Concernant la compression veineuse, elle a 4 recommandations :

  • pressions à exprimer en mmHg et pas seulement en classe.
  • bas de classe 1 (10 -15 mmHg) : pas d’indication retenue sauf en cas de superposition.
  • Une stratification des indications cliniques (stades de la CEAP) en fonction des classes de pression.
  • Une pression résiduelle minimale au mollet :
    • pour les bas de 10 à 20 mmHg (classes 1 et 2), d’au moins de 75% de sa valeur à la cheville.
    • pour les bas de 20 à 36 mmHg (classe 3) et > 36 mmHg (classe 4), de 50 à 80%.
Tableau HAS compression veineuse

LES CLASSES LES PLUS UTILISEES

La Classe 2, pour soulager et prévenir

  • Symptômes de la maladie veineuse chronique débutante, varices de petit calibre.
  • Prévention de la thrombose veineuse profonde, voyages et longs trajets en avion, phlébites et œdèmes.

La Classe 3, pour traiter les formes évoluées

  • Troubles trophiques.
  • Traitement curatif de la thrombose veineuse profonde.
pa-Compression-veineuse-avec-et-sans-compression-Bichromie-72dpi

OU TROUVER DES BAS DE COMPRESSION ?

medecin-72-dpi

Comme dit précédemment, il s’agit de dispositifs médicaux. Ces produits sont donc délivrés sur ordonnance par un professionnel de santé. Par exemple : médecin généraliste, médecin du sport, chirurgien orthopédiste, phlébologue, angiologue, obstétricien, gynécologue, cardiologue, masseur-kinésithérapeute et sages-femmes.

Les infirmières ne sont autorisées aujourd’hui qu’à faire des renouvellements d’ordonnance.

QUELLE TAILLE CHOISIR ?

Pour s’assurer que le bas de compression soit efficace, il est important de bien choisir sa taille. Il est également recommandé de prendre les mesures du patient à chaque nouvelle délivrance, en position debout sans chaussures et de préférence le matin.

PRENDRE LES MESURES

Il convient de mesurer :

Picto veinax prises de mesures

La circonférence :

  • A / de cheville au plus fin
  • B / de mollet au plus large
  • C / de cuisse 5cm sous le pli fessier
  • F / de hanches pour les collants de maternité

La hauteur à partir du sol :

  • D / au creux poplité (arrière du genou) pour les mi-bas
  • E / au pli fessier pour les bas et collant

PRISES DE MESURES VEINAX

Les produits de compression veineuse VEINAX (gamme Aircast) de DJO France répondent au cahier des charges de la HAS. Vous retrouverez les produits sur notre site et nos prises de mesures ci-dessous :

prise de mesure gamme veinax femme
prise de mesure gamme veinax homme et ATE

ASTUCES

  • Si votre prise de mesures vient se situer entre deux tailles, DJO France préconise la taille supérieure.
  • Il vous suffit de nettoyer la bande autofixante de votre bas médical de compression avec de l’eau savonneuse pour lui redonner toute son adhérence.
  • Certains modèles existent en :
    • pied ouvert pour permettre le port de tongs,
    • matière différentes, ex coton pour s’adapter aux saisons
    • différents coloris pour s’adapter à vos tenues

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

Pour plus d’informations sur la gamme, cliquez ICI.

www.DJOglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

Auteur: DJO France – octobre 2021

Sources / Illustrations : DJO France, Ameli Santé, HAS – Evaluation des dispositifs de compression médicale à usage individuel – Utilisation en pathologies vasculaires (septembre 2010)

LES MAUX DU PIED

Entre les déplacements au quotidien, le poids de notre corps à supporter et parfois l’inconfort de certaines chaussures, nos pieds en voient de toutes les couleurs et souffrent de nombreux maux : épine calcanéenne, talalgie, cors, oignons ou encore orteils en griffe … Heureusement des solutions existent pour réduire la douleur et retrouver le plaisir de la déambulation !

ZOOM ANATOMIQUE DU PIED

Les 26 os du pied reliés par 16 articulations constituent une mécanique complexe capable de supporter et d’amortir le poids du corps, de servir de levier de propulsion lors de la marche ou de la course, et d’adapter le contact du corps au sol, notamment en terrain accidenté.

Schéma pied - nomination des os

L’arrière du pied

Il se compose du talus et du calcanéum. Le talus relie la cheville à la jambe par le tibia et le fémur en formant l’articulation talo-crural. La calcaneum est l’os le plus en arrière du pied, formant l’articulation sous-talienne car relié sur l’avant avec le talus. Sur le côté externe, il est également relié au cuboïde.

Le milieu du pied

Il se compose de l’articulation de Chopart reliant l’arrière au milieu du pied, aussi appelé l’arche médiale du pied. Celle-ci est composée du naviculaire (en avant) et du cuboïde (en arrière).

Le naviculaire relie le talus à l’arrière du pied aux cunéiformes (cou-de-pied). Le cuboïde, lui, relie le calcanéum aux métatarses.

L’avant-pied

Les métatarses ont une position centrale, reliant sur l’extrémité du pied les phalanges des orteils au milieu du pied par le cunéiforme et le cuboïde. Cette articulation ainsi formée est l’articulation de Lisfranc.

LES DOULEURS FREQUENTES DU PIED

ZONEDOULEUR
Arrière-piedTendinite du tendon d’Achille
Epine calcanéenne ou De Lenoir
Milieu du pied Aponévrosite plantaire
Fasciite plantaire
Avant-piedSyndrome de Morton
Orteils en griffe ou en marteau
Hallux Valgus ou bunionette

PANORAMA DES PATHOLOGIES

L’EPINE CALCANEENNE

Epine calcaneenne

Définition : excroissance osseuse sous le talon résultant de la sur sollicitation de l’aponévrose plantaire

Causes : course à pied, âge, altération de la voûte plantaire (pied plat ou creux)

Diagnostic : examen clinique

Traitement : repos et rappel podologique, massage. Chirurgie en cas de forme grave consistant à l’ablation de l’épine calcanéenne.

L’HALLUX VALGUS

déformation hallux valgus

Définition : communément « oignon », est une déviation anormale vers l’extérieur du gros orteil

Causes : port de chaussures trop petites, étroites ou à talons hauts entrainant des points de pression dans l’avant-pied. Morphologie et poids. Principalement chez les femmes de 30 à 60 ans.

Diagnostic : examen clinique et radio

Traitement : dans les formes légères, des attelles de correction et exercices couplés à un bon chaussage suffisent. Dans les formes graves, l’intervention chirurgicale peut être nécessaire.

SYNDROME DE MORTON

syndrome de morton

Définition : compression du nerf plantaire entre deux métatarsiens, le souvent au niveau des 3 et 4èmes orteils ou entre le 2 et 3èmes orteils

Causes : port de chaussures trop petites, étroites ou à talons hauts entrainant des points de pression dans l’avant-pied, déformation du pied telle que hallux valgus ou orteils en griffe

Diagnostic : examen clinique et imagerie (radio, échographie et électromyogramme)

Traitement : si prise en charge tôt : correction podologique et exercices spécifiques. Intervention chirurgicale dans 40% des cas.

TENDINOPATHIE DU TENDON D’ACHILLE

illustration-rendu-du-tendon-d'Achille

Définition : inflammation du tendon d’Achille dû à un mouvement répétitif

Causes : sur sollicitation intense et prolongée du tendon, exemple lors de la course à pied

Diagnostic : examen physique, notamment par la classification de la douleur type Blazina et imagerie (radio, irm et échographie)

Traitement : repos, correction podologique, protocole GREC, physiothérapie. Chirurgie en dernier recours

ORTEIL EN GRIFFE OU EN MARTEAU

Déformation orteil en marteau

Définition : déformation articulaire des phalanges des orteils

Causes : pied grec (2eme orteil plus long que le 1er), port de chaussure étroite ou talons hauts, hallux valgus

Diagnostic : examen clinique et radio

Traitement : rappel podologique et attelle de protection des orteils. Chirurgie dans les formes handicapantes et douloureuses.

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

Pour plus d’informations sur les solutions thérapeutiques proposées, cliquez ICI.

www.DJOglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !


Auteur
 : DJO FRANCE – octobre 2021

Sources / Illustrations : DJO France, Osteopathes Paris, Chirurgie du pied