REPRENDRE LE SKI APRES UNE BLESSURE

Comment et quand reprendre le ski après une blessure ? En France, plus de 8,5 millions de personnes pratiquent le ski ou le snowboard chaque année, et environ 2% se blessent durant leur séjour à la montagne. Les causes principales sont la témérité des premiers jours ou la fatigue en fin de séjour… Les entorses et les fractures prédominent dans les blessures de sport d’hiver. Il est donc important d’être préparé et bien équipé avant de profiter de la poudreuse, surtout si la cheville a précédemment subi une entorse et si celle-ci n’est pas correctement soignée.

Stades blessure entorse de cheville

L’entorse de cheville est une lésion ligamentaire qui apparait généralement à la suite d’un mouvement de torsion involontaire et plus ou moins violent de l’articulation.

Le plus souvent, l’entorse se fait sur le ligament latéral externe (LLE), c’est-à-dire que le pied est tordu vers l’intérieur ce qui tire sur le ligament opposé.

Suivant le stade (gravité), le LLE peut être :

  • Distendu : stade 1 – entorse bénigne
  • Rompu partiellement : stade 2 – entorse modérée
  • Rompu totalement : stade 3 – entorse grave

D’autres lésions peuvent être associées, tout comme la présence d’un œdème (gonflement) voir d’une coloration de la peau.

Au ski, même si l’entorse de genou prédomine, celle de la cheville est à hauteur de 8% des blessures. Celle-ci est dû à un mauvais ajustement des chaussures de ski qui, au lieu de maintenir correctement l’articulation, permet la laxité.

Retrouvez les informations sur nos articles blog concernant la cheville ICI

COMMENT TRAITER UNE ENTORSE DE CHEVILLE ?

Avant de consulter un professionnel de santé, il est conseillé de mettre au repos l’articulation d’après le protocole GREC, de limiter la déambulation avec appui sur le pied lésé, d’appliquer du froid et de comprimer l’articulation à l’aider d’un strapping ou d’une attelle de cheville.

Le professionnel de santé, après diagnostic et suivant la gravité de l’entorse peut proposer des anti inflammatoires et antalgiques, une attelle de cheville ou contention élastique, dans les formes les plus graves, une botte d’immobilisation courte et/ou des béquilles.

A partir du stade 2 de l’entorse de la cheville, des séances de kinésithérapie peuvent être conseillées pour favoriser la diminution de la douleur, la résorption de l’œdème, le renforcement musculaire et la stabilité.

QUAND REPRENDRE UNE ACTIVITE SPORTIVE ?

Toute reprise sportive est à valider auprès d’un professionnel de santé à la suite de blessure. Dans tous les cas, la reprise n’est possible qu’à partir du moment où la douleur disparait, la déambulation normale est possible et le saut à cloche pied est possible en se sentant en sécurité.

L’assurance maladie conseille un temps minimal avant la reprise sportive suivant le stade de l’entorse subie :

Stade 1Entorse BénigneAprès 3 semaines
Stade 2Entorse ModéréeAprès 4 à 6 semaines
Stade 3Entorse GraveAprès plus de 6 semaines

Dans tous les cas, il est conseillé de reprendre avec une protection de la cheville type strapping, contention élastique ou attelle de cheville suivant le sport.

Y A-T’IL DES RISQUES DE RECIDIVES ?

La récidive apparait dans plus de 50% des cas, mais ce chiffre réduit si le protocole de traitement est bien suivi.

Pour encore limiter ce risque, vous pouvez :

  • faire des exercices de stabilité et souplesse de l’articulation
  • ne pas oublier de vous échauffer
  • vous masser en fin de journée
  • porter un équipement, notamment des chaussures et chaussettes adaptées
  • vous reposer si vous ressentez une douleur ou un étirement
  • penser à vous hydrater suffisamment

Si vous avez un doute dans la reprise du ski ou du snowboard, ou que vous n’êtes pas rassurés par rapport à votre articulation, vous pouvez profiter d’autres activités tels que spa, ski de fond (randonnées), luge…

reeducation-cheville-exercice-balle

COMMENT CHOISIR LE BON DISPOSITIF ?

Arbre décisionnel attelle de cheville DJO

CONCLUSION

Ce qu’il faut retenir :

  • avant d’aller au ski, s’assurer d’être bien équipé
  • si vous avez eu une entorse précédemment, suivez bien le protocole de traitement quitte à repousser la saison
  • si vous sentez une fragilité, mettez-vous au repos
  • privilégier des activités tels que ski de fond

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un professionnel de santé.

Pour plus d’informations sur les solutions thérapeutiques proposées, cliquez ICI.

www.DJOglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

Auteur : DJO FRANCE – décembre 2021

Sources : Médecins de montagne, Ameli.fr

Etude clinique : « Predictors of recurrent sprains after an index lateral ankle sprain: A longitudinal study » Pourkazemi F, Hiller CE, Raymond J, Black D, Nightingale EJ, Refshauge KM. Physiotherapy. 2018 Dec;104(4):430-437. doi: 10.1016/j.physio.2017.10.004. Epub 2017 Nov 2

LES BIENFAITS DE LA CRYOTHERAPIE

La thérapie par le froid (ou cryothérapie) est un moyen naturel de contrôler la douleur et l’œdème.

De nombreuses indications peuvent être traitées grâce à la cryothérapie, notamment soulager les rhumatismes, les douleurs chroniques ou favoriser la résorption des œdèmes et la récupération après le sport.

Son utilisation peut se faire soit dans le cadre d’un patient algique, mais aussi en phase post-traumatique, post-opératoire ou dans le cadre de l’activité sportive.

ZOOM SUR LA THERAPIE

La cryothérapie fonctionne en diminuant le flux sanguin, ce qui minimise le flux de fluide vers les tissus traumatisés, elle réduit les saignements et contribue à la résorption des œdèmes. Tout cela conduit à un temps de récupération plus rapide.

Schéma réseau sanguin cheville

Elle permet des chirurgies ambulatoires et raccourcit les séjours à l’hôpital en accélérant la récupération et la rééducation. Le patient sort ainsi plus vite de son hospitalisation et poursuit son traitement par glaçage à domicile durant la durée de la convalescence allant jusqu’à 90 jours pour une Prothèse Totale de Genou /Hanche.

Patient en récupération sportive chez un professionnel de santé

Le froid peut être utilisé immédiatement après l’intervention chirurgicale, et tout au long du processus de rééducation sur prescription médicale. En outre, la thérapie par le froid est également utilisée en phase post-traumatique (entorse, lésions musculaires) pour favoriser la cicatrisation (on parle souvent du protocole GREC), ainsi qu’en phase de récupération pour les sportifs avec une meilleure oxygénation des tissus et l’évacuation des déchets métaboliques créés par le stress de l’activité.

COMMENT SE SOIGNER PAR LE FROID ?

Selon l’indication, le profil du patient ou l’activité pratiquée, vous trouverez sur le marché différents produits de cryothérapie tels que :

Utilisation d'une glacière portative avec manchon

L’utilisation d’une glacière de cryothérapie selon les phases est indiquée en:

TRAUMATOLOGIE  Entorses de gravité sévère Phase post-opératoirePhase post-traumatique sans ou après chirurgie (hématomes, …)
ORTHOPEDIEPhase post-opératoire (Prothèse Totale de Genou, Prothèse Totale de Hanche, ligamentoplastie, …)
RECUPERATION CHEZ LE SPORTIFElimination des déchets métaboliques liés à la pratique sportive et pour les blessés, la cryothérapie permet de traiter les zones douloureuses.  

COMMENT UTILISER LA GLACIERE A DOMICILE ?

Si vous faites l’acquisition de la glacière commercialisée par DJO France, rien de plus simple quant à son utilisation selon la zone à traiter :

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

Pour plus d’informations sur les solutions thérapeutiques proposées, cliquez ICI.

www.DJOglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

Auteur : DJO FRANCE

Sources / Illustrations : DJO France

ENTORSE DE CHEVILLE ET REPRISE DU SPORT

A ce jour en France, environ 1 sur 12000 habitants et par jour ont une entorse de la cheville. Soit 6000 cas toutes les 24 heures. Le coût pour la société se chiffre aux alentours de 2 millions d’euros par an.

Partant de ce constat, nous nous devons d’inculquer les bons reflexes. En faisant cela, nous préservons notre système sans pour autant faire l’impasse sur nos activités physiques respectives.

INTRODUCTION

Pour tout bons sportifs qui se respectent, l’entorse des ligaments collatéraux latéraux de la cheville (anciennement Ligament Latéral Externe-LLE) est l’une des pathologies qui nous plombe une saison ; une de celle que l’on veut à tout prix éviter.

Faute de mal chance ou d’une préparation physique non optimale, il est possible d’être confronté à cette dernière.

Alors, souhaitant revenir au plus vite à notre meilleur niveau, on se précipite chez notre médecin. Ceci dans l’espoir que ce dernier nous fournisse le précieux sésame….l’ordonnance pour son kinésithérapeute!

Pour une bonne rééducation, il est alors primordial que l’on comprenne toute la mécanique et la cinématique de la cheville ; ses forces et ses faiblesses, afin de mieux prévenir l’instabilité et revenir encore plus fort.

Enfin, le repos associé à une bonne immobilisation ne suffisent pas à soigner l’entorse et à rétablir tous ses paramètres.

La cheville est une articulation complexe, clé de voute de notre déambulation. Celle-ci mérite toute notre attention. Une cheville soignée est une cheville stable. Pas « non douloureuse ».

RAPPEL ANATOMIQUE

LES OS

C’est en prenant un peu de hauteur que toute la complexité du pied nous saute aux yeux.

Il est constitué d’une multitude de petits os. D’arrière en avant, nous retrouvons respectivement les os du tarse, puis ceux du métatarse et enfin les phalanges des orteils.

Les articulations de Chopart, Innominée et de Lisfranc font le lien entre ces trois catégories osseuses. Elles permettent le bon déroulé du pied. Il faut prendre en compte qu’entre chacune de ces structures, de petits ligaments viennent rigidifier le système. Donc, ceux-ci donnent une grande stabilité au pied dans l’axe « avant-arrière ».

Anatomie du pied

LES LIGAMENTS

Il n’en n’est pas de même pour l’axe latéral, où cette stabilité est grandement mise à l’épreuve.

Dans ce plan, seuls les ligaments collatéraux (interne et externe) permettent de consolider la structure. Ils sont moins nombreux, plus longs, soumis à un bras de levier plus important. Ils sont aussi garants de la stabilité de l’articulation talo crurale (entre la jambe et le pied). C’est donc logiquement que l’instabilité la plus importante va concerner l’axe latéral du pied.

Anatomie des ligaments de la cheville

La grande majorité des lésions ligamentaires de la cheville vont concernées le versant latéral du pied. C’est donc le LLE qui est le plus souvent lésé. Sur le schéma ci-dessus, vous trouverez entourés en bleu les trois faisceaux qui constituent ce LLE.

  • L’antérieur ou Talo fibulaire antérieur (TAFA)
  • Le moyen ou Calcanéo fibulaire
  • Le postérieur ou Talo fibulaire postérieur.

DEFINITION D’UNE ENTORSE DE CHEVILLE

L’entorse de cheville est une lésion ligamentaire qui découle de deux facteurs indissociables.

  1. Un mouvement d’inversion involontaire (cf. schéma ci dessous).
  2. Se trouver en chaîne fermée au moment de l’instabilité (pied au sol).

Le LLE peut alors se retrouver distendu ou rompu. Le stade de l’entorse sera alors différent.

Stade 1entorse bénignele faisceau antérieur est alors distendu (accompagné ou non du faisceau moyen)
Stade 2entorse moyennele faisceau antérieur est alors rompu (accompagné ou non du faisceau moyen)
Stade 3entorse graveidem stade 2 + arrachement osseux de la malléole externe et/ou du 5ème métatarse

A noter qu’un hématome important survient à partir du stade 2. Il est la conséquence d’une lésion de l’artère fibulaire qui se trouve très proche du LLE. Il disparaîtra complètement au bout de quelques semaines.

Inversion et éversion du pied

LES DEFICITS FONCTIONNELS

Les déficits fonctionnels résultants d’un tel traumatisme sont nombreux. Ils apparaissent dès la première entorse et deviendront chroniques si une rééducation structurée n’est pas mise en place rapidement.

Dès les premières minutes, une multitude d’étapes hiérarchisées seront nécessaires pour un retour des qualités naturelles du pied. Cela jusqu’aux semaines de soins qui en découleront.

LES MUSCLES EVERSEURS

Le premier déficit a intégré sera celui des muscles éverseurs.

En effet, si une cheville s’est retrouvée déstabilisée en inversion, nous pouvons supposer que les muscles faisant le mouvement opposé souffrent d’un déficit.

Les éverseurs (ou muscles fibulaires) seront alors à rééduquer dans un schéma qui reprend les codes de l’entorse (mouvement frénateur type excentrique), afin que cette situation d’instabilité soit connue et reconnue pour notre système de stabilisation.

« Hartsell and Spaulding (1999) established that one of the main factors responsible for ankle instability and the recurrence of sprains is the weakness of the evertor anckle muscles »

Le tableau ci-dessous nous montre qu’après une entorse du LLE, les muscles éverseurs perdent en force. Cela quelque soit le type de contraction ; concentrique (en raccourcissement) ou excentrique (frénateur).

On retrouve en gris la cheville pathologique et en blanc la cheville saine n’ayant jamais subit d’entorse.

schema inversion eversion cheville

LA PROPRIOCEPTION

Le second déficit est celui de la proprioception.

La proprioception est la capacité que chacun d’entre nous possède, pour situer ses différents segments dans l’espace.

Cette capacité est primordiale si l’on souhaite garder sa cheville stable (en position neutre). En effet, pour avoir une commande motrice efficace des muscles fibulaires lors d’un mouvement d’inversion forcé, il est nécessaire d’avoir l’information que cette dite cheville n’est plus dans sa position neutre. Sans la proprioception, il ne peut exister de commande motrice efficiente.

schema-proprioception-cheville

CONTROLE NEURO-MUSCULAIRE

Le troisième déficit concerne le contrôle neuro musculaire.

Dans ce paragraphe, vont être abordés la notion de temps de réaction des fibulaires (TRP). Puis celle de la durée d’activation des muscles fibulaires.

DEFINITION ET FONCTIONNEMENT DU TRP

Qu’est-ce que le TRP?

C’est la période comprise entre la déstabilisation en inversion et le début de l’activation électrique des fibulaires. Plus ce temps sera raccourci, plus les muscles stabilisateurs de cheville seront activés tôt. Alors le risque d’entorse sera faible.

Une étude de « Menacho et al. »(2010) suggère que « les patients en situation de récurrence traumatique ont un TRP plus long que les sujets sains ».

Le risque de récidive d’entorse sera donc plus élevé si ce paramètre n’est pas pris en compte pour la rééducation.

L’ étude de « Santilli and al. » (2005) a démontré que la durée de contraction des muscles fibulaires à la marche était diminuée du côté pathologique. Cela traduit donc à la fois la défaillance du système proprioceptif et du TRP.

Comment pourrait-on alors diminuer ce TRP?

La solution consiste à travailler la reprogrammation du contrôle neuro musculaire (RNM). En exerçant le sujet pathologique dans des schémas liés à son activité. Par exemple, en faisant sauter un basketteur. Ou encore en faisant changer de direction brutalement un handballeur. En faisant travailler une danseuse de ballet avec ses pointes.

Pour aller plus loin, multiplier les mises en situation où le sujet sera dans des conditions de travail proches à son activité. Une rééducation de cheville devra être faite à la carte si l’on souhaite des résultats optimaux.

Tout ceci dans le but de créer des automatismes et des pré-contractions des fibulaires. Celles-ci viendront protéger la cheville d’une éventuelle inversion involontaire.

Plusieurs études vont dans ce sens :

« Thonnard (1986) a mis en évidence qu‘il existait une activité musculaire de protection avant même l’impact au sol (…)

« Fabri and al. (2008) disait que la raideur active est augmentée avant toute situation à risque grâce à des programmes moteurs acquis.

Il faut que l’anticipation devienne un automatisme. Ne surtout pas rester enfermé dans un pattern où le « feed-back » guide notre ligne de conduite. C’est le « feed-forward » qui le sera !

LA REPRISE DE L’ACTIVITE PHYSIQUE

Le jour J approche. La rééducation touche à sa fin. Les capacités fonctionnelles de notre cheville sont enfin rétablies. Notre pied est sec, non (ou moins) douloureux, l’équilibre est parfait. Grâce aux exercices de proprioception effectués, la force est retrouvée, les sauts et accélérations se font sans anicroche. Nous pouvons enfin reprendre le chemin de l’entraînement.

Attention tout de même aux premières sorties qui sont souvent synonymes de récidives.

Pour cela, je vous conseillerais durant une période réduite au strict minimum (maximum 15 jours), l’utilisation d’une contention élastique ou d’une attelle de cheville élastique avec strapping de chez DJO France durant vos entrainements et matchs.

Cette contention légère vous permettra de passer au-delà de vos appréhensions. Elle vous offrira également le maintien nécessaire pour stabiliser votre cheville fraîchement rétablie. Attention tout de même à ne pas immobiliser le pied trop longtemps après votre reprise. En effet, votre proprioception pourrait en être altérée.

Pour assurer une bonne mise en place de cette chevillère strapping, regardez la vidéo:

BONNE REPRISE !

Il est conseillé de consulter un médecin ou un kinésithérapeute du sport qui vous prescrira la bonne attelle en fonction de l’activité sportive pratiquée.

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

Pour plus d’informations sur les solutions thérapeutiques proposées, cliquez ICI.

www.DJOglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

Auteur: Nicolas SANTI, Kinésithérapeute du sport (31) – Fondateur Toulouse Sport Santé – Formateur kiné du sport chez SSK formation. En charge du « Seven Sud Garonne », équipe de rugby à 7 en élite A

Sources/illustrations:

Eccentric/concentric ratios at selected velocities for the invertor and evertor muscles of the chronically unstable ankle. « H D Hartsell, S J Spaulding »

The peroneus reaction time during sudden inversion test : Systematic review. « Menacho and al. »

Peroneus longus muscle activation pattern during gait cycle in athletes affected by functional ankle instability : a surface eletromyographic study. « Santilli and al. »

La pathogénie de l’entorse de la cheville. « Thonnard and al. »

corphumain.ca

dreamstime.com

hôpital privé Pays de Savoie Annemasse

u-trail.com

u-run.fr

INTERÊT D’UNE CHEVILLERE ELASTIQUE

L’entorse de cheville est une lésion très fréquente puisqu’elle représente près de 20% des traumatismes sportifs.  En France, chaque jour, 6000 personnes se trouvent confrontées à cette pathologie. Elle touche généralement la partie latérale de la cheville plus rarement la médiale. C’est le classique mouvement du pied en inversion forcée du coureur, sauteur ou simple marcheur.

ZOOM SUR L’ENTORSE DE CHEVILLE…

L’entorse de cheville la plus fréquente concerne le ligament latéral externe, soit 80% des cas.

Les ligaments sont des bandes de tissu conjonctif inextensibles maintenant l’articulation. Ils permettent les mouvements mais empêchent la luxation. Le ligament latéral externe (LLE) comporte 3 faisceaux (antérieur, moyen et postérieur) :  lorsque le pied se tord vers l’intérieur, la cheville réalise une flexion plantaire associée à une rotation interne : on parle d’inversion forcée. C’est le faisceau antérieur qui est essentiellement touché.

Planche anatomique cheville - os et ligaments

Selon la nature de l’étirement du ligament, l’entorse sera plus ou moins grave :

Entorse bénigneélongation du faisceau antérieur
Entorse modéréerupture partielle du faisceau antérieur
Entorse graverupture totale du faisceau antérieur, voire des faisceaux moyen et postérieur

LES REFLEXES A ADOPTER EN CAS D’ENTORSE

Lorsqu’une entorse survient, la meilleure conduite à tenir consiste à appliquer le protocole GREC (ou RICE en anglais*), GREC signifiant Glace – Repos – Elévation – Compression.

Ce sont en fait les quatre étapes à suivre pour soigner une entorse.

Protocole grec

Le protocole GREC doit systématiquement s’appliquer en phase post-traumatique ou post-opératoire afin de :

  • Réduire la douleur et la survenue d’œdème
  • Réduire l’activité métabolique et la réaction inflammatoire
  • Exercer un effet de pompe sur l’œdème
  • Favoriser la cicatrisation des tissus

Ensuite, il faut bien évidemment se rendre chez le médecin afin qu’il fasse le diagnostic de la cheville qui lui permettra de déterminer la nécessité de prescrire de la contention élastique en fonction de la sévérité de l’entorse.

QU’ENTEND-ON PAR CONTENTION ELASTIQUE ?

La contention d’un membre est une méthode utilisée depuis l’Antiquité afin de limiter le mouvement d’un ou plusieurs articulations, ou d’un segment de membre. De nombreuses situations cliniques peuvent relever d’un traitement par contention/compression, que ce soit dans l’appareil locomoteur ou encore en médecine vasculaire.

L’objectif du traitement peut être double : soit l’effet recherché est la compression contre l’œdème avec un rôle antalgique, soit l’effet recherché est la contention recherchant la limitation des mouvements avec également un rôle antalgique. Ces deux effets peuvent parfois être recherchés simultanément selon le stade de l’évolution de la pathologie concernée en utilisant une technique de bandage adaptée ou au moyen des adjonctions présentes pour les orthèses tubulaires. *

  • Compression = chaussettes/bas/collants de compression
  • Contention = orthèses tubulaires élastiques

Les classes de compression peuvent s’exprimer aussi bien en mmHg qu’en HPa.

Le rapport entre ces deux unités est : 1 HPa ≈ 1,35 mmHg

 Compression MédicaleContention Elastique
 Chaussettes/Bas/CollantsOrthèses tubulaires
Classes de compressionmmHGHPa
110-1513-20
215-2020,1-27
320-3627,1-48
4>36>48

La classe de compression de la chevillère impactera le ressenti du patient et le réveil proprioceptif associé. La proprioception étant caractérisée par la perception du corps dans l’espace, une contention stimulera les récepteurs sensoriels et favorisera la mise en place de contraction réflexe afin d’éviter les récidives.

COMMENT CHOISIR LA BONNE CHEVILLERE ?

Foulure, entorse, tendinite, déchirure, étirement, luxation… quel que soit le type de lésion rencontrée, il est important de soigner correctement sa cheville et de suivre une rééducation sérieuse pour prévenir l’apparition de douleurs ou d’instabilités chroniques par la suite.

Il est fortement recommandé de se rendre chez le médecin afin que ce dernier puisse poser un diagnostic clair en vue de vous prescrire la bonne orthèse de cheville élastique. Trop de personnes vont en grande surface spécialisée sport pour acheter une chevillère d’appoint sans vraiment savoir ce dont elles souffrent, et la conséquence peut être dramatique car mal soignée !

Le professionnel de santé prescrira la bonne attelle de cheville au bon patient selon plusieurs critères :

1.      La pathologie de la cheville rencontrée

  • Entorse légère, modérée ou grave
  • Instabilité légère, modérée ou grave
  • Tendinopathie (ou tendinite)

2.      Le type de maintien recherché

  • Immobilisation après blessures
  • Reprise d’activité après blessures
  • Prévention des blessures
  • Prévention des douleurs

3.      Le niveau de stabilité recherché

  • Peu ou pas d’activité : maintien léger
  • Activité quotidienne : maintien modéré
  • Activité sportive ou soutenue : maintien renforcé

Découvrez comment mettre en place une chevillère strapping :

REPRISE DU SPORT

En cas d’entorse bénigne, toute activité sportive est interrompue pendant 2 à 3 semaines, le délai s’allongeant à 4 à 7 semaines pour une entorse modérée.

En cas d’entorse grave, l’arrêt des activités dure en moyenne environ 6 mois selon le traitement orthopédique ou chirurgical à suivre.

En parallèle des chevillères élastiques, il existe également des attelles de cheville dédiées à la reprise sportive. En effet, 9% des pratiquants (soit plus de 4 millions de personnes) déclarent avoir subi un traumatisme durant leur pratique.

Les sports collectifs et de balles génèrent le plus d’accidents.

Traumatisme par sport

En fonction du sport pratiqué et du profil patient, le professionnel de santé peut conseiller de garder soit une chevillère élastique, soit de passer sur une attelle spécifique avec un maintien supérieur, notamment pour des sports à appui type football ou handball.

Il est dans ce cas conseillé de consulter un médecin du sport qui vous prescrira la bonne attelle en fonction de l’activité sportive pratiquée.

www.DJOglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

Pour plus d’informations sur la solution thérapeutique proposée, cliquez ICI.

*RICE : Rest, Ice, Compression, Elevation

Sources/illustrations : www.ameli-sante.fr, www.sports.gouv.fr, DJO France

 * Extrait du rapport d’Evaluation HAS Oct 2012, Dispositifs de Compression/Contention médicale à usage individuel. Utilisation en Orthopédie/Rhumatologie/Traumatologie.

action entorse de cheville

QUAND UTILISER LE PROTOCOLE GREC ?

Pratiquer son activité favorite n’est parfois pas sans risque. On s’amuse, on dépasse ses limites ou tout simplement on se fait bousculer sans faire exprès et patatras, c’est l’entorse!

Elle peut devenir rapidement douloureuse si on n’en prend pas soin le plus tôt possible. Il existe bien évidemment un remède utilisé par les professionnels de santé qui est le protocole GREC.

MAIS QU’ENTEND-ON PAR PROTOCOLE GREC ?

GREC signifie Glace – Repos – Elévation – Compression.

Ce sont en fait les quatre étapes à suivre pour soigner une entorse.

protocole grec

Le protocole GREC (ou RICE an anglais) doit systématiquement s’appliquer en phase post-traumatique ou post-opératoire afin de :

  • Réduire la douleur et la survenue d’oedeme
  • Réduire l’activité métabolique et la réaction inflammatoire
  • Exercer une effet de pompe sur l’oedeme
  • Favoriser la cicatrisation des tissus

Glacage

La première phase du protocole RICE est le glaçage.
L’inflammation causée par la lésion des tissus engendre l’apparition de douleur et d’un œdème. Le glaçage permet l’envoi de signaux atténuant la sensation de douleur et rétrécit en même temps les vaisseaux évitant les saignements et favorisant la lutte contre l’œdème.
La durée et la température de glaçage sont très importantes. Pour être efficace, le glaçage doit refroidir la peau jusqu’à ce qu’elle descende entre 5° et 15°C. Une fois la température obtenue, il convient alors de maintenir le glaçage durant une période de l’ordre de 20 à 30 minutes. Cette opération est à renouveler toutes les 2-3h.

ATTENTION : Il ne faut pas appliquer votre poche de froid à même la peau au risque de se brûler !

Repos

Le protocole GREC consiste dans un second temps à observer une phase de repos. Il apparaît évident qu’après un traumatisme ou une opération, il est impératif de mettre le membre au repos et éviter de le solliciter ce que n’entrainerait qu’une aggravation des symptômes (douleur, œdème).

Elévation

Il faut placer un maximum le muscle/articulation traumatisé(e) en décharge, c’est-à-dire surélevé(e) par rapport au reste du corps. Une élévation de quelques centimètres des jambes en position assise ou allongée favorisera le drainage et le retour veineux. Cette élévation s’avère très efficace pour réduire la douleur et le gonflement.

Compression

La compression permet d’exercer un effet pompe sur la zone lésée qui va accélérer le rétablissement des circuits lymphatiques et sanguins. La compression permet à la poche de glace d’épouser parfaitement l’articulation ou le muscle favorisant la pénétration du froid en profondeur dans les tissus. La compression de la zone traumatisée contribue à lutter contre l’apparition de l’œdème ou de favoriser la résorption de ce dernier.

Découvrez les différents packs de froid que vous pourrez retrouver en pharmacie, magasin d’orthopédie ou sur Internet ICI.

En cas d’entorse, ne laissez pas la situation s’aggraver et consultez votre médecin dans les meilleurs délais.

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

Auteur / Sources / Illustrations :  DJO FRANCE – juillet 2019

Aircast Classique II

INTÉRÊT DU PORT D’UNE ATTELLE DE CHEVILLE.

DEFINITION

La cheville est une articulation dite « stable ». Sur le plan osseux, le talus est solidement encastré dans la pince bimalléolaire. Trois ensembles ligamentaires viennent renforcer cette anatomie osseuse.

  • Le ligament latéral (3 faisceaux)
  • Le ligament médial (2 faisceaux)
  • Les ligaments inter-tibio-fibulaires
Planche Anat Cheville

L’entorse latérale de cheville se définit par la lésion du ligament latéral.

LES DEGRES DE GRAVITE

Elle représente près de 6000 cas par jour en France (congrès IRBMS 2015). Il existe une classification qui présente trois stades :

Stade 1pas de déchirure ligamentaire
Stade 2déchirure partielle
Stade 3déchirure complète

Les signes cliniques du stade 1 sont minimes, peu ou pas d’hématome ni d’œdème. En revanche, leur présence est systématique dans les stades 2 et 3 ce qui entraîne une prise en charge différente. Immobiliser l’articulation par le port d’une orthèse stabilisatrice.

DIAGNOSTIC

Le diagnostic doit être clairement posé (critères d’Ottawa) pour permettre de proposer le traitement adéquat qui repose sur le protocole RICE (Rest, Ice, Compression, Elevation*) et d’une rééducation bien conduite.

protocole grec

*Repos, Glaçage, Compression, Elévation

Choisir le type d’immobilisation est aussi primordial pour optimiser les résultats et assurer précocement la rééducation fonctionnelle.

Kerkoffs (2003) a réalisé une synthèse comparant l’efficacité des différentes immobilisations possibles pour la cheville et il en ressort que les orthèses stabilisatrices favorisent une reprise plus précoce des activités fonctionnelles et professionnelles.

Boyce (2005) conclue que l’utilisation d’une attelle Aircast Classique II* comparativement à un bandage élastique améliore la physiologie articulaire à 10 jours et à 1 mois.

Günay (2014) en arrive aussi à la même conclusion en ajoutant que l’orthèse Aircast Classique II* réduit le risque de blessure intervenant ainsi dans la prévention.

Schmidt (1999) en comparant les attelles à double cellules d’air versus simple, en est arrivé à la conclusion que les premières réduisaient de façon significative le volume de l’œdème post-traumatique.

INTERET D’UNE ATTELLE DANS LES STADES 2 ET 3

L’intérêt de porter une attelle Aircast Classique II*  dans les entorses de stade 2 et 3 sera :

  • D’accélérer la réduction de l’œdème post-traumatique grâce à la présence de 2 coussinets pré gonflés et superposés à la partie distale assurant ainsi une compression sur la zone œdématisée.
  • Le design des coques descendants sous les malléoles assurant le confort tout en bloquant le varus / valgus de l’arrière-pied.
  • De maintenir la liberté articulaire de la flexion dorsale et plantaire de l’articulation de la cheville, permettant une rééducation fonctionnelle précoce limitant ainsi les inconvénients d’une immobilisation plus stricte.
Aircast Classique II_Technologie Duplex

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

Pour plus d’informations, cliquez ICI

www.DJOglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

Auteur: Thierry SERENARI, MKDE (78) Kiné fédéral – Fédération Française d’Escalade

RÉFÉRENCES DES ÉTUDES AIRCAST® CLASSIQUE II™

Effects of Aircast brace and elastic bandage on physical performance of athletes after ankle injuries. Günay S, Karaduman A, Oztürk BB, Acta Orthop Traumatol Turc 2014

Management of Ankle Sprains : A Randomised Controlled Trial of the Treatment of Inversion Injuries Using an Elastic Support Bandage or an Aircast Ankle Brace, Boyce, Quigley, Campbell, British Journal of Sports Medecine, 2005

Functional treatments for acute rupturesof the lateral ankle ligament – A systematic review, Kerkhoffs, Struijs, Marti, Blankevoort, Assendelft, van Dijk, Acta Orthop Scand 2003

Conservative Therapy for Acute Lateral Ligament Lesions – Single Chamber vs. Two-Chamber Orthosis Systems Schmidt R, Mainers S, Reintges H, Lipke K, Benesch S, Gerngross H. 1999

LA RENTREE SPORTIVE: A VOS MARQUES…

 

La rentrée rime souvent avec reprise sportive.

Chaque année, des millions de personnes se remettent à la pratique d’un sport au moins une fois par semaine. Cette reprise est bénéfique, mais attention, une bonne prévention est nécessaire et certains bons réflexes sont à adopter en cas de traumatismes ou de douleur.

le saviez vous activite sportive

Les sports préférés des Français :

  • La marche, la randonnée et le trekking représentent une part importante des pratiquants déclarés (68%)
  • Les sports aquatiques (40 %)
  • Le vélo (33 %)
  • Les sports d’hiver (13 %)
  • La course à pied/trail (18 %)
  •  Les sports de raquettes (10 %)

Plus 4de  millions de personnes sont licenciées au sein de sports collectifs dont près de 2 millions dans le football.

Sport et traumatisme :

  • 9 % des pratiquants (soit plus de 4 millions de personnes) déclarent avoir subi un traumatisme/ accident durant leur pratique.
  • 13 % des pratiquants de sports collectifs et de balles sont victimes de traumatisme.
  • 57 % des cas de traumatismes concernent le membre inférieur, en particulier le genou et la cheville.

Quelles sont les blessures les plus fréquentes en cas de reprise sportive ?

Les blessures les plus courantes sont liées au genou et à la cheville avec notamment les entorses.
Une entorse est une lésion traumatique touchant une articulation et responsable d’un étirement ou d’une rupture des ligaments. L’entorse peut être de différents stades en fonction de l’atteinte ligamentaire (bénigne, modérée ou grave).

planches anatomiques genou et cheville

Que faire en cas de blessure ?

Adoptez le protocole GREC:

GLAÇAGE
L’inflammation causée par la lésion des tissus engendre l’apparition de douleur et d’un oedème. Le glaçage soulage la douleur et rétrécit en même temps les vaisseaux évitant les saignements et favorisant la lutte contre l’oedème. Glacez 20 à 30 minutes et renouvelez l’application toutes les 2 / 3 h.
Attention : il est nécessaire d’appliquer un tissu entre la poche de glace et la peau pour éviter les brûlures par le froid.

REPOS
Après un traumatisme, il est impératif de mettre le membre au repos et éviter de le solliciter ce que n’entraînerait qu’une aggravation des symptômes (douleur, oedème…).

ÉLÉVATION
Surélever l’articulation traumatisée par rapport au reste du corps. Une élévation de quelques centimètres des jambes en position allongée (jambe posée sur un coussin) favorisera le drainage et le retour veineux. Cette élévation s’avère très efficace pour réduire la douleur et le gonflement.

COMPRESSION
Comprimer légèrement la zone ce qui va contribuer à lutter contre l’apparition de l’oedème ou de favoriser la résorption de ce dernier.
Attention : en cas de persistance prolongée des symptômes, consultez un professionnel de santé.

protocole GREC

Les conseils de prévention de votre pharmacien

En début de saison ou après une blessure ligamentaire (entorse), tendineuse ou musculaire ayant nécessité au moins deux semaines d’immobilisation, il est très important:

  • de reprendre de manière progressive
  • d’éviter de reprendre directement des sports tels la course à pied, le handball, le ski ou le tennis. Il est ainsi souvent préconisé de débuter par du vélo ou des mouvements en piscine, des exercices en salle, puis de la marche

         Natation : idéal avec un poids de corps réduit. Favoriser la nage libre (crawl) ou les exercices
d’aquagym en évitant de solliciter le genou (brasse).

         Vélo : n’utilise que 20 % du poids du corps et permet de travailler efficacement le renforcement du bas du corps et l’aspect cardio-vasculaire.

Planifiez votre reprise sur plusieurs semaines en espaçant les séances, puis en intégrant progressivement les sports terrestres (marche, puis course à pied) avant une reprise totale de l’activité.

conseil sport

La douleur est un signe qu’il ne faut pas négliger. Si cette dernière est prononcée et/ou perdure trop longtemps, il est conseillé de consulter un médecin.

Pour plus d’informations sur les solutions thérapeutiques proposées, cliquez ICI.

www.djoglobal.fr

LinkedIn DJO France

Abonnez-vous à notre chaîne LinkedIn dédiée uniquement aux professionnels de santé sur laquelle vous retrouverez toute notre actualité hebdomadaire liée à notre domaine !

Auteur : DJO FRANCE – octobre 2017

Source : Ameli-sante.fr et Sports.gouv.fr, *Mignon, Patrick. « Point de repère – La pratique sportive en France : évolutions, structuration et nouvelles tendances », Informations sociales, vol. 187